PSORIASIS : Un nouveau rapport montre que peu de progrès ont été réalisés depuis les recommandations émises par l’OMS en 2014

Un nouveau rapport réalisé par The Economist Intelligence Unit révèle que depuis les recommandations émises par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), de nombreux gouvernements n’ont mené que peu d'actions, pour améliorer la qualité de vie des  patients souffrant de psoriasis, une maladie chronique auto-immune qui affecte 125 millions de personnes dans le monde.1, 2, 3, 4

Le rapport intitulé « Encourager l'action politique pour répondre au défi du psoriasis » réalisé avec le soutien institutionnel de Lilly, a identifié des domaines critiques nécessitant une amélioration comme la prise de conscience de la maladie, son diagnostic, son traitement ainsi que l'aide apportée aux patients. Les résultats soulignent également une inégalité à la fois dans la prise en charge globale apportée aux patients souffrant de psoriasis, mais également dans l’accès à un traitement efficace. Le rapport détaille les façons dont l’ensemble des acteurs impliqués dans le psoriasis peut agir afin de répondre à ce défi et alléger le fardeau des patients et du système de santé.1

Basé sur des recommandations venant des principaux experts académiques, du corps médical, des patients et des associations de patients en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne, au Royaume-Uni et au Canada, le rapport conclut qu'une action plus marquée des pouvoirs publics était nécessaire pour relever le défi posé par le psoriasis,  son poids sur la santé physique et mentale des patients, notamment son impact économique croissant.1

Chaque pays a été évalué sur l'efficacité des politiques et directives nationales sur le psoriasis ainsi que sur le respect des recommandations de l'OMS.1

"Nous savons que la prise en charge du psoriasis dépend dans une large mesure des systèmes de soins de santé nationaux. Certains pays disposent de systèmes de santé bien établis et opérationnels qui ont des ressources suffisantes pour aider tous les patients. Dans d'autres pays, ce n'est peut-être pas le cas. C'est pourquoi nous invitons les gouvernements nationaux à donner comme priorité à leur système de soins de santé et à mettre en place un plan national sur le psoriasis. Des étapes comme celles-ci sont essentielles pour commencer à améliorer la qualité de vie des personnes atteintes du psoriasis à travers le monde ", a déclaré Lars Ettarp, président de l'IFPA (la fédération Internationale des associations de Psoriasis).

 Concernant la France, lorsque The Economist a cherché à évaluer si les actions de l'OMS ont impulsé une action gouvernementale significative visant à améliorer le traitement et la connaissance de la maladie, ses recherches ont montré que seule la France peut fournir une preuve tangible de l'engagement de son gouvernement. En effet, il a été accordé à la principale association française de patients atteints de psoriasis, France Psoriasis, l'autorisation d'utiliser le logo du gouvernement sur ses campagnes de sensibilisation et sur ses initiatives de formation orientées vers les patients et le public.  

 Références 

  1. ‘Encouraging policy action to address the psoriasis challenge’, www.eiu.com. March 2016
  2. WHO, WHA67.9 Resolution. Geneva, World Health Organisation, 2014. http://apps.who.int/gb/ebwha/pdf_files/WHA67-REC1/A67_2014_REC1-en.pdf. Accessed January 11, 2017.
  3. WHO, Global Report on Psoriasis. Geneva, World Health Organisation, 2016. http://apps.who.int/iris/bitstream/10665/204417/1/9789241565189_eng.pdf. Accessed January 11, 2017.
  4. The International Federation of Psoriasis Associations (IFPA). https://ifpa-pso.com/wp-content/uploads/2017/01/Brochure-Psoriasis-is-a-serious-disease-deserving-global-attention.pdf. Accessed February 3, 2017.