/WP/wp-content/uploads/CMM_Mother_and_Daughter_GLOBAL.jpeg

Reconnaître la maladie d’Alzheimer

Reconnaître la maladie d’Alzheimer et poser un diagnostic précoce

La maladie d’Alzheimer en France est la 4ème cause de décès 1 et la plus fréquente des maladies neurodégénératives. En 2015, on estime que plus de 850 000 personnes étaient atteintes par la maladie en France et 225 000 malades sont diagnostiqués chaque année, soit près d’un cas toutes les 3 minutes.2 Dans les pays développés, on estime que la prévalence de la maladie d’Alzheimer est de 5% après 65 ans. La prévalence et l’incidence de la maladie croissent de façon exponentielle avec l’âge avec une prévalence de plus de 30% après l’âge de 85 ans.3

Les premières lésions cérébrales imputables à la maladie d’Alzheimer se développent de manière insidieuse plusieurs années avant que les symptômes ne se manifestent. Durant la phase préclinique qui peut durer quinze à vingt ans, la neurodégénérescence progresse lentement et de manière asymptomatique, sans perturber les activités du quotidien.4,5,6

A mesure que les lésions s’étendent, les premiers symptômes apparaissent. Si les troubles affectent principalement la mémoire et le comportement dans les premiers temps de cette phase dite « prodromale » de deux à quatre années, ils s’accentuent progressivement et de nouveaux déficits cognitifs apparaissent notamment concernant le langage et les activités les plus complexes.7

On parle de phase démentielle lorsque la sévérité des déficits cognitifs interfère avec les activités quotidiennes.8

Même s’il n’existe pas à l’heure actuelle de traitement permettant de guérir la maladie, il est essentiel d’apporter un diagnostic précoce, c’est-à-dire suffisamment tôt dans la maladie,   aux patients et aux proches pour les informer à un stade où le patient conserve l’essentiel de ses capacités afin de comprendre la nature des troubles, d’ envisager avec le patient le parcours de soins qui le concernera et éviter des traitements inutiles. De même, le diagnostic précoce trouve un intérêt pour le patient lorsqu’il permet la mise en place d’un programme de soin et d’accompagnement pour tenter de freiner l’évolution de la maladie et ainsi permettre au patient de garder le plus longtemps possible son autonomie et ses activités.9

Un élément important dans la démarche diagnostic est d’écarter d’autres affections cérébrales dégénératives ou vasculaires pouvant altérer les fonctionnalités cognitives. Le diagnostic de la maladie d’Alzheimer repose notamment sur une consultation chez un spécialiste, des tests neuropsychologiques, et idéalement un examen confirmatoire du diagnostic probable de la maladie d’Alzheimer avec le dosage des marqueurs biologiques dans le liquide céphalo-rachidien par ponction lombaire (protéines bêta- amyloïde et protéines Tau) ou la mise en évidence des plaques séniles par PET scan ou TEP en français (Tomographie à émission de Positons) après injection au malade d’un radiotraceur. Cette confirmation est d’autant plus importante que chez 25 à 30% des patients présentant des symptômes suggérant la maladie d’Alzheimer, l’examen est négatif et exclut donc le diagnostic de maladie d’Alzheimer.10,11

  • 1. Aouba A et al. Données sur la mortalité en France : principales causes de décès en 2008 et évolutions depuis 2000. BEH n°22 ; juin 2011.
  • 2. Ministère de la santé
  • 3. Brookmeyer, R. et al. National estimates of the prevalence of Alzheimer's disease in the United States. Alzheimers Dement 2011;7(1): 61-73
  • 4. Fleisher AS et al. Apolipoprotein E4 and age effects on florbetapir positron emission tomography in healthy aging and Alzheimer disease. Neurobiol Aging 2013;34(1):1-12
  • 5. Ritchie K et al. The clinical picture of Alzheimer’s Disease in the Decade Before Diagnosis : Clinical and Biomarker Trajectories. J Clin Psychiatry 2016; 77(3):e305-11
  • 6. Jack CR Jr and Holtzman DM. Biomarker Modeling of Alzheimer’s Disease. Neuron 2013;80(6):1347-1358
  • 7. Galasko D. An integrated approach to the management of Alzheimer’s disease: assessing cognition, function and behaviour, Eur J Neurol, 1998;5(Suppl. 4):S9–S17.
  • 8. DSM 5
  • 9. Vannier-Nitenberg C et al. Early detection of memory impairment in people over 65 years old consulting at Health Examination Centers for the French health insurance: the EVATEM protocol. BMC Geriatr. 2013;13:55
  • 10. Knopman DS, DeKosky ST, Cummings JL, Chui H, Corey-Bloom J, Relkin N, Small GW, Miller B, Stevens JC. Practice parameter: diagnosis of dementia (an evidence-based review). Report of the Quality Standards Subcommittee of the American Academy of Neurology. Neurology. 2001;56(9):1143-53
  • 11. Beach TG1, Monsell SE, Phillips LE, Kukull W. Accuracy of the clinical diagnosis of Alzheimer disease at National Institute on Aging Alzheimer Disease Centers, 2005-2010. J Neuropathol Exp Neurol. 2012;71(4):266-73