Lilly en oncologie : 50 ans d'innovation

Plus de 50 ans d’expertise au service des patients

La lutte de Lilly contre le cancer a commencé il y a plus de 50 ans avec la découverte des vertus thérapeutiques de la pervenche rose de Madagascar, Catharantus roseus. Dans les années 50, l’équipe du Professeur Svoboda des laboratoires Eli Lilly identifie et isole les premiers alcaloïdes, des agents oncolytiques présents dans les feuilles de cette plante.

La commercialisation de ces vinca-alcaloïdes démarre dès le début des années 60. Ces molécules utilisées pour traiter les cancers hématologiques sont des agents antinéoplasiques qui bloquent la division des cellules. Près de 30 ans plus tard, Lilly met à la disposition des patients un agent antinéoplasique, antimétabolite qui obtient cinq indications successives dans cinq aires anatomiques distinctes : le poumon, le pancréas, la vessie, le sein et l’ovaire.

Un engagement renforcé en oncologie

En 2004, l’expertise de Lilly en oncologie thoracique se consolide avec la mise sur le marché d’une nouvelle molécule : un antifolate multi-cibles.

Fin 2008, l’acquisition de la société de BioTech américaine ImClone Systems, dédiée à la recherche et à la production d’anticorps monoclonaux, permet à Lilly de renforcer sa contribution dans la lutte contre le cancer.

En 2014, l’expertise de Lilly en oncologie s’étend dans les cancers digestifs.

Actuellement, le portefeuille de produits en développement en oncologie compte une vingtaine de molécules dont trois sont en phase III dans six indications différentes.

La recherche clinique française au cœur du développement du médicament

Le groupe Lilly fait de la recherche clinique dans plus de 55 pays. Lilly France est une filiale très active du groupe en matière de recherche notamment en oncologie. En effet, la France joue un rôle majeur en tant que référent pour de nombreuses études internationales. L’équipe française de développement clinique participe à toutes les phases de recherche (I, II, III, IV) sur les médicaments existants et les molécules de demain. Plus de 180 centres français sont actuellement impliqués dans des études cliniques avec les molécules Lilly notamment dans le cancer du poumon, le cancer du sein, les cancers digestifs, les cancers génito-urinaires, les sarcomes, le mélanome et en hématologie.

Par ailleurs, Lilly a noué des partenariats avec des groupes académiques notamment pour soutenir la recherche précoce mais également des partenaires industriels afin d’évaluer l’efficacité d’association de plusieurs traitements.

En 50 ans, Lilly a mis à disposition des patients et des professionnels santé, 4 options thérapeutiques et a pour ambition d’en mettre 4 nouvelles au cours des 5 prochaines années.

La volonté de Lilly est de pouvoir optimiser les traitements du cancer et trouver des moyens efficaces et pratiques pour aider les patients, les aidants et l'équipe soignantes, tout au long du parcours de soin des patients souffrant d’un cancer.